skip to Main Content
David Roger : Le Design Au Service De La Transformation Numérique

Avec plus de 10 ans d’expérience dans le domaine des agences et du design, David Roger a déjà récolté plusieurs prix, créé des plateformes pour des clients nationaux et démarré sa propre entreprise. Sa force? Déployer ses multiples talents au sein des équipes en y apportant des solutions fraîches supportées par une solide stratégie. Rencontre avec un partenaire nomade de Volcio très allumé.

Christine Lacaze (Volcio) – Pourriez-vous vous présenter?

David Roger – Je suis directeur artistique depuis plus de 10 ans. J’ai œuvré dans des studios de design, dans des agences de publicité et depuis quelques années je suis à la pige pour diverses agences, mais aussi pour des clients directs. Avec le temps, je me suis diversifié, mais je préfère l’approche directe des compagnies comme Volcio.

C.L. Pour vous, qu’est-ce que la transformation numérique et quels sont ses enjeux?

D. R. – D’un point de vue du design et des utilisateurs, c’est une nécessité. Il est important de garder l’utilisateur tout au long du processus.

Pour les entreprises, c’est un acte que je qualifie de foi, mais aussi un acte nécessaire. Pourquoi? Parce que ce n’est pas donné à tous de baigner dans le monde du numérique et d’avoir une réflexion accomplie dessus – même si tout le monde l’utilise chaque jour.

Pour moi, elle est un acte de foi, car il faut faire confiance aux acteurs qui nous entourent et aux gens que l’on engage. Mais aussi, elle est un acte nécessaire parce que le milieu du numérique a eu le temps de se saturer ces dernières années, on sent un effet de multitude, et se démarquer devient encore plus difficile. La présence en ligne ne suffit plus. La plateforme doit être questionnée et son utilisation aussi. Tout doit être amené un peu plus loin. L’air des modèles « tous pareils » est terminé.

C.L. – Quel est le dernier projet numérique sur lequel vous avez travaillé et qui vous a particulièrement allumé?

D. R. – Je dirai le tout nouveau site de Téo Taxi. C’est un grand portail rassembleur qui se devait être le plus clair et le plus accessible possible dans sa navigation. Il a vraiment été un parcours numérique complet c’est-à-dire guider les internautes à travers une plateforme qui peut sembler complexe (et un peu critique) et les accompagner à travers une industrie qui est en mutation (l’industrie du transport et du taxi). C’était un beau défi tant d’un point de vue du design, de la réflexion, de la segmentation de l’information, etc.

Au niveau du design, le défi était de taille! Tout d’abord, car c’était une grande plateforme sur laquelle l’image de marque de Téo était existante depuis un peu plus d’un an et demi et connu du public (mais de façon limitée). Les gens connaissaient l’application, connaissaient le véhicule et notre défi était de faire exploser cette image de marque dans un contexte numérique plus large en faisant appel à de l’illustration, en élargissant la palette de couleurs, etc.

C.L. – Que retenez-vous de votre expérience de travail avec Volcio?

D. R. – Un grand professionnalisme. Une équipe qui ne coupe pas les coins ronds et qui va au fond des choses. Chaque besoin du client est considéré et anticipé : il y a une vraie notion d’accompagnement et de réflexion. Ce que j’ai beaucoup apprécié en tant que designer, car rarement, très rarement même, j’ai vécu cette impression d’urgence ou d’imprévu. Tout était bien planifié, bien échelonné dans le temps. L’équipe est très professionnelle, très impliquée dans le processus et on ne voit pas ça partout – même en agence! Ça demeure quelque chose de précieux quand on tombe sur une éthique de travail comme celle-ci.

C.L. – Personnellement, qu’est-ce qui vous inspire pour rester innovant?

D. R. – Je m’inspire principalement de sources externes au design graphique classique et au monde numérique. Il se produit un peu un effet d’écho ou de vase clos où tout le monde regarde les mêmes blogues chaque jour, les mêmes inspirations, les mêmes grandes avancées. Et cela finit un peu à entretenir une pensée similaire.

Je cherche à sortir de ce monde pour mieux m’inspirer. Je regarde le monde de la mode, de la photographie, les techniques innovantes du monde des produits, des grandes marques en design d’objet qui vont aller questionner l’utilisation que l’on fait d’un objet ou d’un vêtement. Ils vont dépasser l’idée attendue ou le moule. Je cherche à suivre le parcours de ces inspirations pour les appliquer à mon domaine. Cette pensée externe vient bien me challenger.

Laisser un commentaire

Back To Top